Inscrivez-vous
28 & 29 mars 2023
Salon, Congrès & Trophées Bâtiment Passif
Pavillon Baltard

Programme congrès 2022


Le Conseil Départemental du Val de Marne, avec la construction et rénovation de collèges en passif , témoigne de l’ambition de son schéma directeur énergie (SDE) des bâtiments visant une baisse de 57 % des consommations d’énergie finale à l’horizon 2050, par rapport à 2012. Ces projets de collèges ont été lancés en Marché Global de Performance (MGP), qui permet d’associer dès la conception l’architecte, le bureau d’études, le constructeur et l’exploitant, afin d’optimiser en coût et en performance le bâtiment. Un tel marché implique la définition d’objectifs chiffrés afin de vérifier que la performance annoncée est bien au rendez-vous. Nous verrons également les raisons qui ont poussé le maître d’ouvrage à se tourner vers le Bâtiment Passif et les implications liées à sa labellisation.

Intervenants:

  • Sabine Patoux – Présidente Déléguée à la Transition énergétique, département du Val de Marne

  • Alain Kottelat, chef du service Energie, Patrimoine, Environnement, département du Val de Marne

  • Marie Charbuy – Responsable du secteur Etudes et Travaux – département du Val de Marne

  • Paul-Louis Sadoul – Chef de projet – Responsable AMO et Urbanisme – solaresbauen

Le Collège Samuel Paty à Valenton est un concentré de qualité et de performance qui a été optimisé pour répondre à la forte ambition du Conseil Général du Val de Marne, illustrée par sa démarche « Conduite de projets collèges » depuis 2015.
L’un des premiers collèges certifié Passif en France et surtout premier collège en structure bois d’Ile de France, le futur collège intercommunal de Valenton se veut, si ce n’est exceptionnel, a minima remarquable. Son procédé constructif innovant et respectueux de l’environnement est l’élément central d’une démarche globale de qualité environnementale, illustrée par un objectif de labellisation Bâtiment Passif doublé d’une certification HQE au niveau EXCELLENT, avec 8 étoiles sur l’externat

Intervenant:

PAUSE 10 minutes

Cette conférence se propose de retracer le projet de construction du bâtiment Atelier-Bureaux de la société Entech à Quimper, depuis le début de la conception début 2018 jusqu’à la livraison en mars 2021.

Ce projet se caractérise principalement par un parti architectural compact et l’emploi de matériaux courants industriels permettant la maîtrise d’un cout de travaux modéré de 950,00 € HT/m² tout en respectant les exigences du label Bâtiment Passif

Intervenant:

Suite à l’acquisition d’une petite passoire thermique parisienne, un maître d’ouvrage sensibilisé au passif se pose la question de sa rénovation au niveau passif. Plusieurs contraintes sont au rdv : ABF interdisant l’ITE, copropriété non intéressée par la rénovation énergétique, petite surface. Dans un contexte de prix au m² élevé, est-il possible d’atteindre cette performance énergétique sans perte de place ?

Intervenant:

Depuis la création du think tank FAAST, nous avons acquis de nombreuses expériences théoriques et pratiques sur l’autonomie individuelle, qu’elle relève de l’énergie ou de l’eau. Ces informations très complètes sont un puissant vivier pour faire le bilan sur cet aspect de l’autonomie et se poser les vraies questions : l’autonomie individuelle fait-elle vraiment partie des solutions de résilience dans un contexte de collapsologie, ou est-ce une chimère ?

La mission première de FAAST consiste à soutenir ses membres dans la démarche durable de leurs projets, et à leur livrer la bonne information.

Intervenant:

On reste souvent enfermés dans la technique, jusqu’à parfois perdre le sens de ce que l’on fait.

Tout d’abord, on me demande souvent de comparer le passif à la RT ou RE. Se jeter sur une comparaison en kWh est-il judicieux ? L’un n’est-il pas une méthode de conception ? Et l’autre un garde-fou réglementaire, qui, en clair, interdit de faire moins bien (ou pire) ?
Peut-on être satisfait d’acheter quelque chose qui sera dépassé dans quelques années ?

Le passif est-il bioclimatique ? Permet-il de faire la même maison à Perpignan et en haut du Mont blanc ? est- ce souhaitable ?

Le passif est-il Low tech ? Est-il social ? Est-il frugal ?
Est-ce une technologie douce (et émancipatrice) ou une technologie dure ?
Le passif laisse-t-il libre cours à la créativité ?

Intervenant:

Cette conférence présentera les résultats finaux d’une étude sur les bâtiments résidentiels à hautes performances en Inde, réalisée avec le soutien de la GIZ India, en collaboration avec Ashok B Lall Architects, LEAD Consultancy and Engineering Services ainsi que KPMG India. L’idée de cette étude est d’optimiser des plans de bâtiments typiques afin qu’ils atteignent différents niveaux d’efficacité énergétique, puis de les publier sous forme de catalogue de designs reproductibles sur la plateforme en ligne Eco-Niwas (plateforme pour des bâtiments résidentiels abordables et durables).

Intervenant:

PAUSE 10 minutes

Après 10 ans d’instrumentation d’un bâtiment tertiaire labellisé Passif, fonctionnant sur un système de chauffage via sondes géothermiques sèches, l’Atelier d’Architecture Rivat vous propose un retour d’expérience via l’ensemble des données collectées sur ce principe de ressource.
En effet, sur un bâtiment passif, les périodes de chauffe étant nettement plus courtes que sur un bâtiment conventionnel, on observe une sollicitation en heure/an beaucoup plus faible, ce qui peut permettre une certaine optimisation dans leur dimensionnement sans pour autant appauvrir la ressource géothermique du sol.
Nous verrons donc l’impact en période de chauffe mais également une ouverture sur la période estivale et les possibles impacts sur cette ressource géothermique.

Intervenants:

  • Atelier d’Architecture Rivat – Julien Rivat
  • Sébastien Faudrin

Sur la base d’une étude de cas réels de maisons passives (1 maison légère à ossature bois et 1 maison à inertie lourde à base de blocs coffrants isolants) éclairage sur l’intérêt de recourir à un système multi-intégré (ou système compact 3-en-1 ou 4-en-1) plutôt qu’une approche plus « low-tech » basée sur des équipements techniques séparés, permettant d’optimiser les fonctions techniques ventilation et ECS, et d’utiliser un chauffage d’appoint par effet Joule.

  • Impacts sur le besoin de chauffage et les consommations d’énergie primaire et primaire renouvelable (PHPP).
  • Impact sur les indicateurs CEP et CEPnr (RE2020).

Autres avantages et inconvénients de chaque solution (encombrements, couts, maintenance, champ d’application, …) 

Intervenant:

Le projet porte sur la construction d’un restaurant scolaire passif. Equipement à destination de 3 écoles élémentaires voisines qui sert à améliorer le service de restauration actuel. L’objectif était de réaliser un bâtiment environnementalement et thermiquement exemplaire au niveau Bâtiment Passif. Ce projet initialement présenté à Passi’bat en 2019, au stade de conception, est désormais construit et en activité depuis la fin d’année 2020. Nous reviendrons sur les spécificités de la conception de ce type de bâtiment, le déroulement du chantier et les premiers retours d’exploitation.

Intervenants:

PAUSE 10 minutes

Construit en 2016, LowCal est le siège de la SCOP Enertech.
Nous avons pu, grâce à un Appel à projet recherche de l’ADEME, réaliser un retour d’expérience par la mesure et des analyses. Nous avons évalué les performances réelles et la qualité d’air intérieure, revenir sur le croisement entre STD et réalité, y compris dans la modélisation hygrothermique de la terre crue, le confort visuel, le coût global etc. C’était également l’occasion d’étudier le déploiement du concept LowCal, notamment son adaptabilité à différents climats. Le bâtiment se démarque notamment par son système de double-flux décentralisé, pratique très peu répandue en France. Aujourd’hui certains de nos projets reprennent le concept LowCal, notamment en bureau et en bâtiment d’enseignement.

Intervenant:

Remise des trophéss

Les dossiers de fond de la Commission Technique de la Maison Passive

Intervenant:

Le projet de construction de nouveaux groupe scolaire au Bourget intervient dans le cadre des grands réaménagements urbains des JO2024. Le groupe scolaire actuel devant accueillir le futur pavillon d’escalade. La maîtrise d’ouvrage a décidé de construire 2 nouveaux groupes scolaires avec de fortes exigences environnementales et techniques notamment avec le respect des labels Bâtiment Passif, E3C1, BDF niveau Argent et biosourcé. Au vu de l’ensemble de ces exigences auxquelles s’ajoutent des contraintes liées au délai très court et une démarche BIM de niveau 2, le projet à été conçu autour de 2 axes forts :

  • Conception architecturale bioclimatique avec 2 écoles très similaires avec structure complète en bois (sauf dallage sur sol) et isolation entièrement biosourcée, choix favorable à un chantier court en pré fabrication, et au faible impact carbone. Les points particuliers de la conception seront abordés (accrochage du parement brique, traitement des ponts thermiques, …)
  • Conception techniques répondant à la fois aux objectifs de performance du Bâtiment Passif mais également du label BDF. Les points particuliers de la ventilation seront abordés avec un travail en système double flux même dans l’office de restauration, l’optimisation du débit et le transfert d’air tant au niveau des salles de classe que de la zone de repas. L’impact de la procédure MGP et des labels sur la conception des autres équipements de chauffage, ECS , rafraîchissement et régulation sera également détaillé.

Intervenant:

PAUSE 10 minutes

A l’occasion du plan de relance post-covid initié par l’État, l’Université de Lorraine a pris l’initiative d’axer sa stratégie sur la rénovation Passive d’une partie importante de son parc bâti.

L’Université a monté très rapidement un programme de rénovation Passive en matériaux biosourcé pour retenir des équipes de maîtrise d’œuvre capable d’étudier , de décrire, de consulter et d’analyser les projets en moins d’une dizaine de mois sans compromis sur la performance et les investissements.

La présentation s’arrêtera particulièrement sur un bâtiment hors norme :

le bâtiment SHS de Metz Saulcy
Construit dans les année 60 avec 6 niveaux , 5 grands amphithéâtre, jusqu’à 3000 étudiants et plus de 18000m² de surface
Un milliers de menuiserie

Une douzaine de CTA ….

Du Passif à très grande échelle !

Intervenant:

  • Université de Lorraine – Terranergie
  • Clément Castel, Gérant, Energélio

Entrée en vigueur le 1er janvier 2022, la RE2020 inaugure une nouvelle manière de concevoir les bâtiments, au travers de leur impact Carbone sur toute leur durée de vie. Aussi, dans une logique d’évolution des pratiques, plusieurs jalons ont été fixés, afin de tendre vers des bâtiments dont l’empreinte carbone devra se réduire au fil du temps. Ces jalons concernent l’énergie, mais aussi et surtout le poids carbone des systèmes constructifs.

Comment la filière sera-t-elle contrainte de changer ses systèmes constructifs dits « traditionnels » pour respecter ces jalons ? A ce titre, comment s’inscrivent déjà les constructions passives, dont on sait qu’une très large part des projets certifiés sont déjà construits avec une démarche forte de réduction de l’impact environnemental ?

Intervenant: 

L’objectif de cette conférence est de montrer la complémentarité des approches financières et socio-économiques permettant d’analyser et d’argumenter les constructions passives. Il est aussi un appel pour élaborer de façon collaborative une grille d’analyse du coût global socio-économique des bâtiments passifs.

Intervention:

Fonctionnement, consommations, rendements, systèmes et coût.

Intervenant:

Le contexte actuel et les politiques publiques placent les enjeux carbone comme une priorité. Pour le secteur du bâtiment cela se traduit par l’atteinte de la neutralité carbone, à l’horizon 2050, du parc existant.

La RE2020 pousse à imaginer un mix de solutions pour répondre aux objectifs de neutralité carbone, en prenant en compte notamment la dimension environnementale des matériaux et équipements du bâtiment, sur la base de l’Analyse du Cycle de Vie (ACV) dynamique. Les matériaux biosourcés y sont notamment mis en avant de par leurs performances environnementales mais également techniques. Le recours aux solutions constructives biosourcées est grandissant ces dernières années, et cette tendance se confirme avec la mise en application de la RE2020.

Où en sont les filières pour répondre à cette demande en forte croissance ? Sont-elles suffisamment structurées pour y répondre ?

Intervenants:

PAUSE 10 minutes

Bruno Peuportier a travaillé sur l’analyse du cycle de vie, appliquée au bâtiment pour tenter de répondre à cette question complexe. En effet l’analyse d’un bâtiment à partir de sa construction jusqu’à sa démolition en passant bien entendu par son usage, nous donne beaucoup d’indications. Il faut tenir compte des impacts environnementaux à la construction, bien sûr, mais aussi pendant toute la durée de sa vie et envisager sa fin.

Intervenant:

De parler de l’intérêt de concevoir Bâtiment Passif pour obtenir un meilleur résultat en RE2020 : coûts, surcoûts, niveau de RE 2020 obtenu, énergie dépensée, valeur verte/retour sur investissement, bénéfices pour les habitants.

Intervenant:

  • Maxime Brard
  • Maxime Brard – Woodblock
  • Nicolas Charles – Treenergy

Depuis 2016, le bailleur social Le Toit Vosgien, basé à Saint-Dié-des-Vosges, est engagé dans un plan de rénovation Passive de son parc de 2500 logements     .
Principalement construit dans les années 1960 1970, le parc du Toit Vosgien est constitué de bâtiments de taille moyenne de 6 à 24 logements tant en ville qu’à la campagne et même en montagne.

Plutôt que de rénover par éléments pour passer de classe E en D en utilisant les subventions à minima et en « tuant » le gisement d’économie, la stratégie de rénovation globale de niveau EnerPHit a permis de passer tous les logements collectifs Classe E, F, G en classe A, ce qui conduit à 63% des logements en classes ABC.
A mi-parcours de ce programme de rénovation de 150 à 200 logements par an, nous ferons le bilan sur la mise en place d’un écosystème local de rénovation passive, les partenariats avec les fournisseurs et le mode de financement des travaux. Nous en tirerons aussi les perspectives et comparaison avec d’autres approches (par étapes / Energie Sprong) et leur effet socio-économiques pour les habitants.
Enfin, nous proposerons une mise en perspective de la démarche avec les objectifs énergie climat globaux.

Intervenant:

  • Vincent Pierré
  • Vincent Pierré – Gérant – Terranergie
  • Patrick Schmitt Directeur Général – Le Toit Vosgien
  • Vincent Chevallier Directeur technique – Le Toit Vosgien

Ancienne école – Villers les Nancy Trophée Rénovation – maison individuelle

Intervenant:

  • Rolf Matz Architecture

Maison PRS – Trophée Neuf maison individuelle

Intervenant:

  • Thomas Bonnin – Quinze Architecture
  • Morgan LE DILY – Quinze Architecture

PAUSE 10 minutes

Maison Annoeuillin – Trophée Neuf – maison individuelle

Intervenant: 

  • Vincent Delsinne Architecture

Maison HGY – Trophée Rénovation – maison individuelle

Intervenants:

  • Thomas Bonnin – Quinze Architecture
  • Cloé SIMON architecte HMNOP – Quinze Architecture

Maison à Broye – Trophée Rénovation – maison individuelle

Intervenant:

  • Nicolas Lapray – Maison Passive 71

Maison CRT – Trophée Neuf maison individuelle

Intervenants:

  • Thomas Bonnin – Quinze Architecture
  • Cloé SIMON architecte HMNOP – Quinze Architecture

Grands Moulins de Paris – Trophée Neuf – Collectif

Intervenants:

  • Nicolas Gantois – Moduo
  • Pascal Vandenbussche – Vilogia
  • Olivier Knapen – Cabinet d’Architecte Maes

PAUSE 10 minutes

SDED – Chaumont – Trophée Rénovation – Tertiaire

Intervenant:

  • Romain Claret – Plan9

Bureaux LowCal – Pont de Barret Trophée Neuf – Tertiaire

Intervenant:

  • Thibault Hergat – Ingénieur Maitrise d’oeuvre – Enertech

PHCCA Colmar – Trophée Rénovation – Collectif

Intervenant:

  • Christian Mahler – solaresbauen

Résidence Etang Piller – Saint Dié des Vosges Trophée Rénovation – Collectif

Intervenants:

  • Vincent Pierré – Gérant – Terranergie
  • Patrick Schmitt Directeur Général – Le Toit Vosgien

Gérardmer – Résidence rue de Bretagne Trophée Rénovation – Collectif

Intervenants:

  • Vincent Pierré – Gérant – Terranergie
  • Patrick Schmitt Directeur Général – Le Toit Vosgien

PAUSE 10 minutes

Restaurant scolaire passif à Loos – Trophée Neuf – Tertiaire

Intervention:

  • Vincent Delsinne Architecture

Bureaux passif plus à Fretin – Trophée Neuf – Tertiaire

Intervenant: 

  • Vincent Delsinne Architecture

Résidence Jules Ferry Saint Dié des Vosges Trophée Neuf – Collectif

Intervenants:

  • Vincent Pierré – Gérant – Terranergie
  • Patrick Schmitt Directeur Général – Le Toit Vosgien

Ascension Paysagère – Rennes – Trophée Neuf – Collectif

Intervenant:

  • Maxime Grigaut – Franck Boutté Consultants – Giboire

Plateforme Handicap à Diemeringen – Trophée Rénovation – Tertiaire

Intervenant:

  • Jean-Charles Riber – Ajeance Architecture

PAUSE 10 minutes

Musée Kazino d’Azeville – Trophée Rénovation – Tertiaire

Intervenant:

  • Nicolas Quiquerel – Idée Energies – Royer Architectes & Associés

Collectif Rénové Raon l’Étape 88 Mention spéciale du Jury « Précurseur »

Interventions:

  • Vincent Pierré – Gérant – Terranergie
  • Patrick Schmitt Directeur Général – Le Toit Vosgien

Centre d’Actions Médico-Sociales Précoces de Lunéville

Intervenants:

  • Atelier MPA
  • Lorr Enr